The Handmaid's Tale : Saison 3, difficultés sur le tournage, importance de June... le showrunner Bruce Miller se confie (EXCLU)


 par

La saison 2 de The Handmaid's Tale vient de se terminer mais elle est disponible en replay sur OCS ! En attendant la suite, découvrez notre interview exclusive de Bruce Miller.

Après 13 épisodes puissants et un season finale aussi intense que ce qu'on espérait, la saison 2 de The Handmaid's Tale s'est achevée il y a peu sur Hulu et sur OCS. Pas de panique pour les retardataires, la saison 1 est toujours disponible en replay sur OCS, tout comme les épisodes les plus récents. Cela n'empêche que l'attente risque d'être bien longue jusqu'à la prochaine saison. On vous propose donc pour patienter de découvrir notre interview exclusive avec Bruce Miller, showrunner de la série. Bien qu'il n'ait évidemment pas pu dévoiler de spoilers sur la suite, Bruce Miller est tout de même revenu sur le processus de création pour la saison 3, mais aussi sur une saison 2 difficile sur le plan logistique. 

Brillant et passionnant Bruce Miller
Brillant et passionnant Bruce Miller
melty : Savez-vous déjà ce qu'il va se passer dans la saison 3 ?

Bruce Miller : J'ai toujours beaucoup d'idées, mais les scénaristes n'ont pas encore commencé à travailler dessus. Donc on essaie de ne pas tout décider à l'avance, on y réfléchit de façon globale sans trop de détails jusqu'à ce qu'on soit tous ensemble pour écrire. Donc j'essaie vraiment très fort de ne pas penser à ce qu'il se passe dans la saison 3 de The Handmaid's Tale. Après forcément, une fois qu'on a décidé de la façon dont la saison 2 se termine, il faut réfléchir aux possibilités pour la suite, sinon on se retrouve pris au piège. Mais on a pas mal d'idées sur ce qu'il se passera en saison 3. Beaucoup de choses très cool, mais malheureusement, il faudra faire des choix. 

Que va-t-il arriver à June dans la saison 3 ?
Que va-t-il arriver à June dans la saison 3 ?
melty : Pensez-vous qu'il pourrait y avoir un autre personnage principal au même titre que June ? 

Bruce Miller : Je pense que June est le cœur de la série. Les gens qui sont proches d'elle m'intéressent beaucoup, mais comme dans le livre, c'est son histoire qu'on raconte. Et je crois que la série marche plutôt bien avec une perspective limitée, c'est plus effrayant. June ne sait pas ce qu'il se passe chez ses voisins et elle n'a aucun moyen de le savoir. Quand elle a une question, la seule chose qu'elle peut faire c'est la tourner et la retourner dans sa tête et essayer de trouver des indices, mais elle ne peut rien demander à personne. Elle arrive quand même de plus en plus à aller vers les autres pour obtenir des informations. Et je trouve ça intéressant parce qu'elle en apprend de plus en plus sur les autres personnages. Mais la série est construite autour d'Offred et en tant que téléspectateur, ça me plaît. 

June, héroïne de la série
June, héroïne de la série
melty : Quelle a été la scène la plus difficile à tourner dans la saison 2 ?

Bruce Miller : Il y a beaucoup de scènes qui sont dures à tourner sur le plan physique. Et d'autres qui sont plus difficiles émotionnellement. Je pense que celle qui était dure sur les deux plans, c'est la scène où on pend les servantes écarlates au tout début de la saison. Il faisait vraiment très froid, on avait 95 handmaids en plus de June, des figurantes incroyables qui ne se plaignent jamais. Mais on a quand même passé des cordes autour de leur cou et on les a mises sur une plateforme en hauteur, dans une situation qui était très dangereuse. Donc on a dû avoir des mesures de sécurités importantes pour nous occuper de ces 96 servantes écarlates dans un froid glacial et de nuit. Je pense que c'était une des nuits les plus difficiles. Celle-là et celle où elles tiennent toutes une pierre dans leur main, sous la pluie. Même si on utilisait de l'eau tiède, il gelait quand même et c'était horrible pour elles. Mais elles ont toutes été géniales.

Une scène glaçante
Une scène glaçante
melty : Si vous pouviez résumer la série en un message, qu'est-ce que ce serait ? 

Bruce Miller : Il y a toujours un moyen de se battre. 

Source : melty - Crédit : ocs, ocs,Mathieu Zazzo, hulu