A Way Out, notre test a trouvé un moyen de sortir


 par

Ton cul en zonzon, il fera pas long feu. T’as intérêt de trouver un moyen rapide de sortir d’ici !

Après de nombreuses pauses déj à jouer comme deux taulards sur un petit écran de PC, on vient te livrer notre test d’A Way Out, un titre bien particulier.

En Coop uniquement

A Way Out, notre test a trouvé un moyen de sortir

Tu sais très bien qu’en taule pour t’en sortir, il faut toujours quelqu’un sur qui compter. Hazelight l’a bien compris en proposant un titre jouable uniquement en coopération à travers une seule machine en écran splitté ou encore en ligne. Une prise de position rare, mais qui fait ici tout l'intérêt du titre qui repose sur ce concept. Fait trop rare dans le JV pour le souligner, le jeu propose un passe ami gratuit en complément de l’achat d'un seul titre, qui permet donc de faire jouer un pote même s’il n’a pas acheté le jeu. Et ça, c’est quand même vachement bien comparé à ce qu’ont fait nos deux amis Léo et Vincent pour se retrouver derrière les barreaux.

Faut juste se barrer de zonzon alors ?

Ben ouais, tout du moins au début quoi. Et pour ça, tu devras faire face à plein de cutscenes, de QTE et de moment bien trop scriptés et linéaires. C’est là que le jeu déçoit quelque peu, c’est sûr. Il est plus proche du film interactif qu’autre chose. De plus, si l’histoire est bien sympa, ce n’est pas du Eastwood non plus. Parfois les interactions sont minimes entre deux cutscenes, et c’est plutôt dommage. Heureusement, on pourra aussi de temps en temps se lancer sur des mini jeux comme le baseball, le lancer de fléchettes, le banjo ou le puissance 4 qui sont vachement fun quand on se prend au jeu. Tout ça nous mène à une aventure de 8 heures environ, le jeu ne se limitant pas à la sortie de prison évidemment.

Une mise en scène parfois magnifique

A Way Out, notre test a trouvé un moyen de sortir

Le studio s’est permis de casser les codes de l’écran splitté à certains moments, montrant ainsi des scènes semblables à une BD. Il en est de même quand l’écran d’un joueur prend le dessus pour que Léo et Vincent alternent leurs phases afin de se retrouver ensuite, avec un ingénieux passage en 2D également. On aurait aimé que Hazelight prenne ce risque un peu plus souvent, ce genre de scène étant vraiment très bien réalisée.

En conclusion

A Way Out a des points positifs à défendre notamment son pass ami et le fait de passer un bon moment entre potes en jouant sur écran splitté. Il est tout de même dommage que les QTE soient si nombreuses, et que le jeu soit vraiment très linéaire et dirigiste. Pourtant, le concept de jeu en coop du titre et les moments de franche rigolade face à un Léo bourrin, qui met toujours les pieds dans le plat et auquel on s’attache vite en nous faisant souvent oublier les défauts du titre. Globalement une belle aventure donc.